image/svg+xml image/svg+xml image/svg+xmlimage/svg+xmlimage/svg+xml fb-white-10x14fb-10x14ok-white-10x19ok-10x19twitter-white-18x14twitter-18x14vk-white-16x11vk

Repensons un moment à l’année 2020. Et quelle année ! Les enseignants et les professionnels de la formation ont passé une grande partie de l’année à réorganiser leurs stratégies d’apprentissage pour faire face au nouvel environnement créé par la pandémie de COVID-19. La plupart d’entre eux ont dû convertir rapidement la formation traditionnelle dispensée par un instructeur en classes virtuelles et en eLearning. 

Déjà avant l’apparition du coronavirus, le secteur de l’apprentissage en ligne se développait à un rythme soutenu. Et il est logique de s’attendre maintenant à une croissance explosive de l’intérêt pour la formation en ligne. Mais qu’attendez-vous exactement en 2021 ? 

Nous avons demandé à d’éminents experts de l’industrie de nous faire part de leurs idées sur les nouvelles tendances de la formation professionnelle pour cette année. Compte tenu du grand nombre de tendances, nous les avons regroupées en trois sections. Découvrez ce que ces experts ont dit.

Tendances générales de l’apprentissage

Lorsqu’on parle de formation, il faut toujours prendre en considération deux choses : le type de contenu d’apprentissage à créer et la manière de le transmettre aux apprenants. Et c’est là que nous pouvons observer des changements constants. Mais avant de se plonger dans les tendances en matière de contenu et dans l’évolution des technologies de l’eLearning, examinons les grandes tendances internationales qui se profilent à l’horizon et qui vont affecter l’ensemble du système éducatif.

Modèle d’apprentissage rééquilibré

David Patterson, consultant en eLearning et directeur de Learning Light, déclare que 2021 verra un rééquilibrage de l’apprentissage sur le lieu de travail causé par la situation de pandémie.

« Il y aura bien sûr un retour à l’apprentissage et développement en face à face, mais il est maintenant beaucoup plus probable que cela inclue l’eLearning. Le rééquilibrage de 2021 se fera donc autour d’un nouveau style de blended learning, avec le face-à-face réservé aux sessions à très fort impact et l’eLearning offrant des expériences d’apprentissage haute-fidélité et de plus en plus de formateurs utilisant des plateformes telles que MS Teams et Zoom ».

David Patterson

Directeur – Learning Light

Cependant, il est difficile de prédire quel pourcentage de l’apprentissage se fera en face à face, par le biais de cours d’apprentissage en ligne et de formation en ligne virtuelle. Le défi consiste pour chaque équipe de L&D à trouver la bonne combinaison d’apprentissage.

Humaniser l’apprentissage en ligne

De nombreux experts estiment qu’avec l’évolution de l’apprentissage en ligne, les professionnels du secteur de la formation doivent se concentrer encore plus que jamais sur le facteur humain (et toutes ses faiblesses) et, avant tout, cette tendance de la formation influencera la qualité des contenus d’apprentissage.

« 2021 pourrait être l’année où nous assisterons à un changement significatif vers plus de valeur pour un contenu centré sur l’apprenant, habilité bien sûr par la technologie et les innovations qui permettent de meilleures adaptations au comportement humain ».

Michael Sheyahshe

Développeur et technologue – alterNative Media

Jane Bozarth, directrice de recherche à The eLearning Guild, donne quelques conseils sur la manière d’ajouter une touche humaine à l’eLearning afin que les apprenants n’aient pas l’impression de se retrouver seuls et laissés à eux-mêmes. Elle suggère notamment d’impliquer les apprenants dans l’élaboration des cours, d’utiliser les vrais noms, photos et voix des personnes lors de la création du contenu, d’utiliser des documents numériques pour le travail collaboratif et des tableaux blancs virtuels lors des sessions VILT (Virtual Instructor-Led Training – Formation par instructeur).

Chatbots

Bien que le contenu de l’apprentissage et les formations doivent être plus centrés sur l’humain, certains experts pensent que les robots remplaceront certaines actions humaines dans l’éducation. Jane Bozarth affirme que les chatbots sont déjà utilisés dans certains établissements d’enseignement et sont très efficaces, car ils permettent d’éliminer certaines tâches de routine que les instructeurs doivent autrement effectuer. 

Elle donne un exemple intéressant de la manière dont un chatbot nommé Jill Watson, une assistante d’enseignement virtuelle de Georgia Tech, aide les étudiants inscrits à un cours d’intelligence artificielle basée sur la connaissance (KBAI). Tout au long du semestre, elle répond à leurs questions de routine, telles que la longueur et le format autorisés des devoirs écrits, et permet ainsi au personnel enseignant d’économiser beaucoup de temps.

« Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que la plupart des étudiants n’ont pas détecté que les réponses ne venaient pas d’un humain. Et parce qu’ils n’ont pas reconnu qu’il s’agissait d’une machine, beaucoup d’étudiants l’ont nommée meilleure assistante de l’année ».

Jane Bozarth

Directrice de recherche – eLearning Guild

Cet exemple prouve que les chatbots permettent effectivement aux enseignants et aux formateurs de gagner un temps précieux. Ils ne sont pas encore parfaits, mais le développement de l’IA et de ses outils d’apprentissage est une tendance de la formation qui se poursuivra jusqu’en 2021 et au-delà.

Tendances de la formation (LMS)

Les experts de l’eLearning prévoient également quelques changements dans les fonctionnalités des LMS. Non, il n’y aura pas de transformation radicale – un LMS auquel nous sommes habitués ne se transformera pas en un outil complètement différent. Mais il continuera à se développer avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités. Jane Bozarth a exprimé cette idée d’une manière intéressante avec une métaphore :

« Le LMS du futur est comme un château de cartes, comme un mur de briques sur lequel de nouvelles couches d’outils vont émerger ».

Jane Bozarth

Directrice de recherche – eLearning Guild

Selon les experts, un LMS doit disposer des options suivantes pour consolider une meilleure expérience d’apprentissage en 2021.

Outils de communication

Compte tenu de l’augmentation énorme d’appels vidéo comme nouvelle norme en raison des confinements dus au COVID-19 et de l’augmentation générale du travail à domicile, nous verrons certainement des fournisseurs de LMS innovants proposer un hébergement supplémentaire pour les appels vidéo, de plateformes de chat/communication et autres technologies similaires intégrées dans leurs systèmes. De plus, Michael Sheyahshe, développeur et technologue chez alterNative Media, note que les LMS auront la possibilité de faire le suivi des réunions en ligne et de la participation des apprenants.

Nous pourrions même entendre des discussions du genre « Avez-vous assisté à la réunion vidéo aujourd’hui ? Super. Le LMS a déjà enregistré la participation comme une « réussite » pour ce cours ».

Michael Sheyahshe

Développeur et technologue – alterNative Media

D’ailleurs, cette tendance de la formation peut sembler déjà installée car certaines plateformes d’apprentissage, comme le LMS iSpring Learn, disposent déjà d’outils de conférence en ligne. Cependant, ces outils seront plus largement disponibles en 2021.

Adaptabilité et personnalisation

De nombreux professionnels de l’eLearning s’accordent à dire que, lorsqu’on parle d’un LMS, on sous-entend également système de contenu. Clark Quinn, expert en sciences cognitives et en technologie de l’apprentissage et directeur exécutif de Quinnovation, affirme que les LXP sont une bonne chose dans ce domaine. 

Remarque : un LXP (learning experience platform) est un véritable système de diffusion de contenu qui utilise l’intelligence artificielle (IA) pour rendre le contenu nécessaire facile à trouver et recommander du contenu personnalisé aux apprenants.

Et nous pouvons nous attendre à ce qu’avec le temps, les frontières entre LMS et LXP s’estompent.

« En fin de compte, nous serons mieux lotis si nous pouvons fournir du contenu par description et règles, comme un système de recommandation, plutôt que d’avoir à créer le contenu à la main pour créer une solution à taille unique « .

Clark Quinn

Directeur exécutif – Quinnovation

Voici comment Marina Arshavskiy, spécialiste en ingénierie pédagogique et eLearning, et propriétaire de Your ELearning World, explique pourquoi l’utilisation de l’intelligence artificielle est de plus en plus populaire dans l’eLearning.

« Selon IBM, il est possible de prédire le comportement des apprenants. L’utilisation de l’IA supprime l’élément humain de l’apprentissage, ainsi que les préjugés qui en résultent et que les gens introduisent dans l’éducation. L’IA peut prendre un ensemble beaucoup plus large de variables d’apprentissage et les transformer rapidement en parcours pédagogiques personnalisés ».

Marina Arshavskiy

Propriétaire – Your eLearning World

Jane Bozarth promeut également l’idée d’utiliser l’IA pour une aide à l’apprentissage. Elle pense que les plateformes modernes seront en mesure de fournir les contenus les plus pertinents à chaque utilisateur de manière personnalisée.

« Bientôt, chaque apprenant aura la possibilité d’obtenir une liste individuelle de cours en ligne recommandés, comme sur Netflix. Cette liste sera basée sur le poste occupé par la personne, ses compétences et aptitudes, et son expérience antérieure ».

Jane Bozarth

Directrice de recherche – eLearning Guildе

Cependant, Jane Bozarth estime que les instructeurs auront encore à gérer ce processus car l’apprentissage machine ne pourra pas remplacer entièrement le suivi des éducateurs et le retour d’information des apprenants.

Un suivi et une analyse accrus des données

Bien que les experts en eLearning en parlent depuis des dizaines d’années, la collecte et l’analyse des données sur l’apprentissage restent un point faible. Il existe déjà des technologies existantes, telles que xAPI, qui se sont avérées être une petite révolution dans le suivi de l’apprentissage. Cependant, de nombreuses entreprises ne disposent toujours pas des ressources internes nécessaires pour mettre en place correctement le suivi des données, sans parler de l’analyse de ces données. Andrew DeBell, un сonsultant en formation professionnelle chez Water Bear Learning, affirme que les données dans l’apprentissage seront un domaine qui ne manquera pas de prendre de l’importance dans un avenir proche.

« Les entreprises sont constamment préoccupées par le retour sur investissement de toute action qu’elles entreprennent. Avec l’augmentation des investissements dans l’apprentissage, elles continueront à exiger des analyses plus approfondies pour prouver que l’investissement en vaut la peine. »

Andrew DeBell

Consultant en formation – Water Bear Learning

Tendances en matière de contenu

Le type et la qualité du contenu produit devraient évoluer au même rythme que la technologie. Sur ce point, tous les experts en eLearning sont unanimes à penser que nous serons témoins ou même que nous contribuerons directement au processus d’évolution du contenu. Et par conséquent, nous obtiendrons ce que David Patterson appelle « l’apprentissage haute fidélité ».

« L’apprentissage haute fidélité est comme un bon morceau de musique. Il doit d’abord attirer votre attention pour sa clarté et sa précision et vous faire vivre une expérience immersive ».

David Patterson

Directeur – Learning Light

Richard Goring, directeur de BrightCarbon, cite trois caractéristiques importantes d’un bon contenu : l’utilisation d’un récit visuel, des interactions significatives et une conception graphique de haute qualité. Il note également que les gens chercheront de nouvelles façons de diffuser ce contenu.

« Pas seulement des cours linéaires, mais aussi du contenu interactif et navigable dont ils ont besoin. Ou des moyens de faire l’expérience du contenu avec des choses à faire et/ou davantage d’interactions sociales, les plateformes de RV jouant un rôle croissant dans les cours de L&D de qualité ».

Richard Goring

Directeur – BrightCarbon

Accent sur l’apprentissage des sciences

Clark Quinn estime que pour créer un contenu de haute qualité, les concepteurs pédagogiques doivent construire sur les bases de leur profession d’ingénierie pédagogique. Cela inclut la connaissance du fonctionnement de l’apprentissage et l’utilisation de processus conformes à ce que l’on connaît sur l’apprentissage des sciences. Cet expert prédit que de plus en plus de professionnels de l’apprentissage baseront leur travail sur la science de l’apprentissage lorsqu’ils développeront des contenus de formation, et il y voit un grand potentiel.

« Je vois de plus en plus de gens qui parlent d’apprendre les sciences, et pas seulement pour suivre un effet médiatique ! Il existe de nombreux livres, recherches (les rapports de recherche réguliers de Learning Guild sont excellents), d’événements et une nouvelle société associée axée sur l’apprentissage basé sur des preuves (l’Accélérateur du développement de l’apprentissage). Ce sont tous des signes d’un élan croissant: »

Clark Quinn

Directeur exécutif – Quinnovation

Apprentissage pratique

Le Dr Quinn s’attend également à ce que « l’on insiste davantage sur l’importance d’une pratique significative ». Et de nombreux experts le soutiennent à cet égard, car l’accent mis sur l’action et non sur la connaissance rend l’apprentissage plus efficace. Au moins, cela renforce l’implication des apprenants, les aide à mieux retenir les nouvelles informations et à conserver plus longtemps ce qu’ils apprennent. Clark Quinn prévoit que les professionnels de l’eLearning vont s’orienter vers la création de courtes simulations, de questions à choix multiples mieux rédigées et d’autres types d’expériences d’apprentissage pratiques.

« Nous espérons voir les fournisseurs d’outils aligner leur contenu et leurs capacités d’évaluation sur la conception de scénarios et la pratique contextualisée, avec un retour d’information spécifique pour chaque mauvaise réponse et un soutien à la réflexion ».

Clark Quinn

Directeur exécutif – Quinnovation

Contenu immersif

Cette tendance de la formation s’inspire de la précédente. L’apprentissage immersif est une technique qui utilise un environnement artificiel ou simulé grâce auquel les utilisateurs peuvent être en complète immersion dans le processus d’apprentissage. Les simulations peuvent fournir aux employés des expériences qui imitent étroitement les situations de la vie réelle et permettent une pratique physique en leur sein, en temps réel. Heureusement, les technologies existantes nous permettent de créer des expériences d’apprentissage très réalistes et significatives.

« Les concepteurs pédagogiques peuvent reproduire des copies exactes et des simulations de systèmes, des simulations entières d’environnements de travail pour lesquelles des scénarios puissants peuvent être produits avec des images et des vidéos ».

David Patterson

Directeur – Learning Light

Jane Bozarth affirme que les technologies de réalité augmentée (RA) sont déjà activement utilisées dans les industries où les capacités humaines (vision, vitesse de décision, multitâche) sont insuffisantes. Par exemple, les lunettes Google sont utilisées dans les usines et permettent aux employés d’accéder instantanément à des instructions importantes sur la manière d’utiliser un outil spécifique ou de réparer une machine pendant le travail. Une telle technologie permet d’accélérer considérablement le travail, surtout pour ceux qui utilisent des machines. 

Jane Bozarth mentionne également la réalité virtuelle (RV) comme un outil efficace pour la formation des employés, qui continuera à gagner en popularité en 2021. Elle considère la RV comme une méthode de formation idéale pour les situations dangereuses ou à enjeux élevés, par exemple, pour la formation des pompiers, des soldats ou des pilotes. Elle s’avère également être une excellente technologie pour la formation des médecins ; il a déjà été établi que les simulations en RV aident à réduire les risques dans les situations de danger de mort dans les procédures médicales. 

Si la RA et la RV sont certainement l’avenir de l’apprentissage autonome, certains experts estiment que ces technologies sont encore trop coûteuses pour être utilisées à grande échelle. Par exemple, Andrew DeBell voit un plus grand potentiel pour la formation dans les vidéos interactives en 2021.

« La vidéo interactive est l’étape entre l’eLearning traditionnel par clic et une expérience de RV à grande échelle. Avec les outils d’animation simples disponibles sur le marché, la vidéo interactive est devenue un produit eLearning beaucoup plus accessible. Elle offre aux apprenants une expérience en immersion, efficace et applicable qui continuera certainement à gagner en popularité dans les années à venir ».

Andrew DeBell

Consultant en formation – Water Bear Learning

Microlearning

Le micro apprentissage est un mot à la mode dans l’industrie de l’eLearning depuis au moins cinq ans et une tendance de la formation qui se poursuivra en 2021. De nombreux experts sont unanimes pour dire que l’approche de l’eLearning, qui consiste à fournir des informations par petits bouts très ciblés, permet aux instructeurs de fournir une expérience d’apprentissage qui reste et dont les apprenants redemandent.

« L’avenir de l’apprentissage réside dans un contenu court et très ciblé. Les apprenants veulent faire une recherche sur une compétence spécifique et être capables de trouver facilement une ressource précieuse. Il suffit de penser au fonctionnement de YouTube. Si vous cherchez à acquérir une nouvelle compétence sur YouTube, les meilleures vidéos sont souvent axées sur une compétence spécifique, très ciblées sur le sujet et d’une durée de 10 à 15 minutes seulement. En 2021 et au-delà, nous verrons de plus en plus d’entreprises s’orienter vers un modèle similaire ».

Andrew DeBell

Consultant en formation – Water Bear Learning

Comme nous pouvons le voir d’après ce que dit Andrew DeBell, un contenu très ciblé, plus court et qui maximise l’efficacité de l’apprentissage pour les employés est ce à quoi nous pouvons nous attendre et sur quoi nous devons nous concentrer lorsque nous développons un programme de formation cette année.

Ressources utiles :

Microlearning : de petites doses d’apprentissage pour acquérir de grandes compétences→

En conclusion

Ceci conclut le point de vue de nos experts sur les tendances de l’eLearning qui vont dominer l’industrie en 2021, ainsi que leurs prédictions sur comment les normes actuelles de l’industrie devraient être considérées cette année. Connaissez-vous ou prévoyez-vous l’apparition d’autres tendances de la formation dans un avenir proche ? Si oui, nous aimerions connaître votre avis sur ces tendances et sur la manière de les exploiter pour rester à jour dans ces moments en pleine évolution dans les commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

iSpring Suite
Outil auteur eLearning
En savoir plus
 

Commencez à créer des cours en ligne rapidement