image/svg+xml image/svg+xml image/svg+xmlimage/svg+xmlimage/svg+xml fb-white-10x14fb-10x14ok-white-10x19ok-10x19twitter-white-18x14twitter-18x14vk-white-16x11vk

L’époque précédant les smartphones était une période sombre et froide. Pas d’emoji de femme qui danse en robe rouge, aucun moyen de faire semblant d’envoyer un texto, être obligé d’appeler les gens au téléphone… Aujourd’hui, les attentes vont bien au-delà d’échanges de messages entre amis. Découvrez l’apprentissage mobile, ou comment sortir des salles de classe.

Le premier smartphone a fait ses débuts en 1992 et s’appelait Simon Personal Communicator. En plus des appels, il permettait d’envoyer des fax (!) et des emails, de gérer des contacts et d’utiliser un calendrier. Cette année, Simon fête ses 27 ans, il existe donc déjà une première génération de personnes ayant grandi avec cette technologie.

Mais ce n’est pas que pour les jeunes ; aujourd’hui, nous prenons tous pour acquis les capacités des appareils mobiles. De plus, on considère qu’« en ligne » signifie également « mobile », ou toujours à portée de main, n’est-ce pas ? L’expérience d’apprentissage n’y fait pas exception. Dans cet article, vous découvrirez comment les technologies mobiles permettent de créer un apprentissage plus efficace et plus attrayant.

Alors, qu’est-ce que l’apprentissage mobile ?

L’apprentissage mobile, ou mLearning, est un apprentissage qui se fait de n’importe où et n’importe quand, sur des appareils mobiles que les apprenants utilisent pour accéder au contenu. Cette définition comporte deux éléments : a) les apprenants et b) les appareils.

Pour ce qui est du point b), rien de plus simple. Les appareils qui permettent l’apprentissage mobile sont les mêmes que ceux qui se trouvent à portée de main : nos smartphones et tablettes. Nous les utilisons de tellement de façons qu’ils font partie intégrante de notre quotidien ; il est donc normal de voir que l’on s’en sert aussi pour apprendre. Grâce au mLearning, les apprenants peuvent réviser des leçons qui leur sont assignées, regarder des conférences vidéo et passer des tests directement depuis leurs appareils.

D’ailleurs, le mot « mobile » fait également référence aux apprenants. Pour bon nombre d’entre nous, comme celles et ceux qui travaillent sur le terrain ou les commerciaux, la mobilité fait partie intégrante de notre travail. Pour d’autres, les trajets domicile-travail ou les voyages d’affaires leur prennent la majeure partie de leur temps. Avec l’apprentissage mobile, les gens ne sont plus liés à certains lieux, ni à des horaires spécifiques.

En quoi le mLearning est-il différent du eLearning ?

L’utilisation d’un appareil mobile comme plateforme de distribution de contenu n’est pas la seule caractéristique qui distingue l’apprentissage mobile du eLearning. Les cours eLearning peuvent souvent être suivis via des appareils mobiles, mais ce seul fait ne suffit pas à rendre ces cours « mobiles ». Quelles sont les autres différences ?

Des objectifs différents

Tandis que le eLearning est censé être une alternative à part entière aux sessions en classe, l’objectif du mLearning est de soutenir et de diversifier davantage le processus d’apprentissage. Vous fournissez aux apprenants un accès instantané à de petits blocs d’information indépendants, et ils les étudient en déplacement ou dès qu’ils ont un moment de libre. 

Prenons l’exemple de l’apprentissage des langues. Si vous devez enseigner un temps de conjugaison, vous aimeriez probablement le faire de manière structurée pour donner à vos apprenants une vue d’ensemble du sujet. Une leçon eLearning conviendrait donc parfaitement. 

Mais avec l’apprentissage mobile, les apprenants peuvent rafraîchir leurs connaissances, faire quelques exercices ou regarder une courte vidéo. Ils peuvent également se tourner vers ce sujet précis au moment où ils en ont besoin, par exemple s’ils écrivent un email et ne sont pas sûrs de comment conjuguer un verbe. Tous ces éléments font du mLearning un stimulant pour tout type d’apprentissage qui garantit une meilleure rétention et une plus grande implication.

Des durées de leçons différentes

Pour vous faire une idée de la durée d’une leçon, pensez au contexte dans lequel se déroule l’apprentissage. Les cours en ligne traditionnels sont généralement suivis sur un ordinateur assis à un bureau, dans des locaux avec une bonne connexion Wi-Fi. Une leçon eLearning peut se dérouler sur 15 à 90 minutes en moyenne, en fonction de l’environnement d’apprentissage. 

Le contenu développé pour les mobiles doit être divisé en unités plus courtes (3 à 5 minutes) et plus faciles d’accès pour les apprenants sur un smartphone. Bien entendu, certaines personnes peuvent aussi s’asseoir à un bureau en gardant leur smartphone à portée de main, mais il est plus probable qu’elles s’en servent pour son utilisation prévue, à savoir être mobile. Ainsi, la durée d’une unité doit permettre aux apprenants d’étudier pendant qu’ils font la queue ou entre deux tâches professionnelles.

Des méthodes de saisie différentes

Contrairement au eLearning qui ne demande pas de logiciel spécial pour lancer un cours et peut fonctionner directement dans un navigateur, le mLearning nécessite une application en deux versions, au moins : pour les appareils iOS et Android. 

Comme nous l’avons déjà dit, les cours eLearning peuvent être visualisés sur les mobiles à l’aide de navigateurs mobiles. Donc, outre le besoin de zoomer sur le contenu, pourquoi aurions-nous besoin d’une app ? 

Les apps mobiles natives étant conçues spécifiquement pour un appareil, elles ont accès aux ressources et aux fonctionnalités du système d’exploitation, ce qui n’est pas le cas des applications Web. Les apps mobiles rendent l’expérience de l’utilisateur généralement plus fluide, grâce à l’accès à l’appareil photo, aux entrées audio, aux scanners de codes-barres et à d’autres capteurs intégrés. Les apps mLearning peuvent également inclure des fonctionnalités telles que la possibilité de suivre des cours hors-ligne, de sauvegarder sa progression et d’exécuter des processus en arrière-plan.

En un mot, le mLearning n’est pas une version portable plus petite du eLearning ; c’est un support d’apprentissage complètement différent qui affecte le contenu de la formation.

La conception de cours mLearning est-elle similaire à la conception de contenu eLearning ?

Pour faire court : ce n’est pas le cas. La contrainte naturelle concernant la conception pour les appareils mobiles est la taille réduite de l’écran. Cela implique deux facteurs qui doivent être pris en compte avant le début du processus de développement.

1. La méthode de saisie

Le contenu eLearning est conçu pour l’utilisation d’un pointeur de souris minuscule, tandis que le contenu mLearning est manipulé par un doigt. Cela signifie que tous les éléments d’interface cliquables doivent être plus grands, afin de ne pas créer de défi supplémentaire pour les apprenants lorsqu’ils appuient sur un bouton ou un lien.

2. La quantité de contenu à l’écran

La taille d’un écran de bureau peut aller de 19 à 34 pouces. À titre de comparaison, l’iPhone 12 Pro Max, qui est actuellement le plus GRAND iPhone sur le marché, possède un écran de 6,7 pouces. Vous ne pouvez donc pas vous permettre de perdre des pixels sur des fioritures et ne devez inclure que les éléments essentiels. La règle d’or : une idée par écran.

Comparaison d'un cours mobile et d'un cours pour ordinateurs de bureau

Lorsque vous développez des cours mobiles, vous n’avez uniquement la place d’intégrer ce qui compte le plus.

Puis-je utiliser mes cours eLearning existants pour créer du mLearning ?

Si vous voulez que vos cours soient consultés sur des appareils mobiles, ils doivent être publiés au format HTML5. La réponse à cette question dépend donc principalement des capacités de l’outil auteur que vous utilisez, mais techniquement, oui, c’est possible. 

Par exemple, si vous avez créé vos cours avec iSpring Suite, votre contenu est fourni avec un lecteur adaptatif par défaut. Celui-ci ajuste automatiquement le contenu, ainsi que les éléments de navigation et contrôle la taille de l’écran, afin que les cours s’affichent correctement sur les ordinateurs de bureau, les tablettes et les smartphones. C’est peut-être le moyen le plus simple de convertir rapidement des présentations et des cours préexistants en contenu pour mobiles.

D’un autre côté, la tendance est de créer du contenu qui privilégie un affichage pour les mobiles. Donc, bien que vous puissiez convertir rapidement des cours existants en cours pour mobiles avec des outils comme iSpring Suite, afin d’offrir une meilleure expérience aux apprenants, essayez au moins de respecter les exigences de base pour le contenu mLearning que nous avons mentionnées ci-dessus :

  • Le contenu peut être fourni en petits blocs.
  • Il ne doit pas inclure d’éléments trop petits.
  • Une idée par écran.

Quelle est la différence entre conception adaptative et conception réactive ?

Même si la différence entre les tailles d’écran ne cesse qu’augmenter, il n’existe encore que deux approches pour résoudre le problème. Vous avez peut-être déjà entendu parler du design adaptatif et du design réactif.

  • Le design adaptatif utilise plusieurs mises en page selon les tailles d’écran. Il peut y avoir des mises en page différentes pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs de bureau, chacune d’entre elles étant réalisée au préalable. Lorsqu’un apprenant ouvre un cours, le système détecte la taille de l’écran et affiche une mise en page spécifique. Si vous savez avec certitude quels appareils (et leurs tailles) vos apprenants utilisent et qu’il n’y aura pas de nouveaux modèles avec des paramètres différents à l’avenir, l’approche adaptative est une solution adéquate.
  • Le design réactif utilise une mise en page fluide. Quelle que soit la taille de l’écran de vos apprenants, cette même mise en page répond automatiquement à cette taille d’écran : elle met à l’échelle, déplace les éléments et ajuste les fonctionnalités. Inutile de dresser la liste des appareils utilisés par vos apprenants, ni de créer plusieurs mises en page, car le design diminue ou s’agrandit – comme dans Alice au pays des merveilles !
Design adaptatif et design réactif

Design adaptatif versus réactif

Quels outils puis-je utiliser pour développer du mLearning ?

Les composants du mLearning peuvent être visualisés comme un triangle dont les côtés représentent :

  • un outil auteur,
  • un système de gestion de l’apprentissage,
  • et une app.
Les composants d'un projet mLearning

L’écosystème mLearning

Alors, que fait chacun de ces composants ?

Un outil auteur vous permet de créer des cours, des présentations, des conférences vidéo, des évaluations et des simulations que vous souhaitez enseigner à vos apprenants. Il doit être capable de publier au format HTML5. 

Un système de gestion de l’apprentissage sert de centre de commande où vous uploadez le contenu de la formation, l’attribuez aux apprenants, suivez les statistiques et créez des rapports. (À propos, si vous n’utilisez pas encore de LMS, nous avons un article descriptif détaillé et un guide pour vous aider à en choisir un).

Une app mobile est là pour garantir une expérience d’apprentissage fluide aux utilisateurs finaux. Ces derniers l’installent sur leurs appareils à partir d’app stores et l’utilisent pour étudier le matériel qui leur est attribué.

Si nous prenons les outils d’iSpring pour illustrer ce point, l’écosystème mLearning se compose de :

  • iSpring Suite, un outil auteur qui vous aide à créer facilement du contenu prêt pour les mobiles ;
  • iSpring Learn, un système de gestion de l’apprentissage ;
  • iSpring Learn, une app mobile gratuite pour iOS et Android.

Dois-je lancer l’apprentissage mobile dans mon entreprise ?

L’apprentissage mobile peut être considéré comme une réponse à tous les besoins en matière de formation en entreprise, mais vaut-elle la peine d’être mise en place dans votre entreprise ? Voici quelques indicateurs qui vous aideront à prendre la bonne décision. Cochez les cases qui correspondent à votre cas.

De nombreux postes n’ont pas de lieux de travail déterminés. Les vendeurs, consultants, agents des services de transport ou d’entretien sont souvent en déplacement, l’apprentissage mobile s’adapte donc déjà à leur style de travail.

Il existe plusieurs cas de figure : votre équipe est dispersée dans le monde entier, vous avez des succursales, ou vos employés viennent au bureau de temps en temps, voire pas du tout. Grâce à internet, un employé peut se trouver dans un café, à son bureau à domicile, sur une chaise longue, et être quand même « au travail ».

Pour les membres de la génération Z (nés entre 1995 et 2010), dont les plus jeunes ont déjà 11 ans, le smartphone est une expérience par défaut et non une nouveauté.

Soyons honnêtes, dans un monde où il faut être de plus en plus multitâche, il nous reste beaucoup moins de temps pour une formation traditionnelle où l’on étudie d’abord et où l’on applique les connaissances ensuite. L’apprentissage mobile permet d’utiliser des moments qui seraient autrement perdus pour étudier quelque chose d’utile à son travail et d’appliquer immédiatement ses connaissances nouvellement acquises.

Si le mLearning n’est peut-être pas la meilleure option pour enseigner quelque chose à partir de rien, il donne d’excellents résultats en tant que soutien supplémentaire. L’apprentissage mobile s’intègre au flux de travail du monde réel et vous aide à guider et à re-former les employés quand et là où ils en ont besoin.

Garder un avantage concurrentiel nécessite des formations fréquentes, car la technologie évolue rapidement et de nouveaux produits, services et approches voient le jour quotidiennement. L’apprentissage mobile permet de transmettre des connaissances en temps réel, à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

iSpring Learn
Digitalisation
de la formation
en entreprise
En savoir plus
 

Commencez à créer des cours en ligne rapidement